Travail durable et travail soutenable : comment les stratégies individuelles et collectives de genre instruisent l’activité et son analyse ? - Centre de Linguistique en Sorbonne Access content directly
Conference Papers Year : 2023

Travail durable et travail soutenable : comment les stratégies individuelles et collectives de genre instruisent l’activité et son analyse ?

Abstract

La mise en oeuvre du Développement durable porte le plus souvent sur ses enjeux environnementaux et économiques, délaissant la dimension sociale (Boudra, 2016, p. 237-238) et les questions de santé au travail. En cherchant à répondre à des enjeux écologiques et économiques, les politiques dites de Transition écologique en oublient bien souvent le travail (Bazillier, 2011). Les changements entraînés par ces politiques sur les organisations et pratiques de travail méritent pourtant d’être questionnés. Leurs possibles conséquences en terme de santé au travail nous amènent à poursuivre le débat ouvert il y a quelques années sur le “Travail durable” (Boudra, 2016) versus le “Travail soutenable” (Docherty, Forslin, Shani, 2002 ; Gollac et al., 2008). Pour Gollac, Guyot et Volkoff (2008, p.7), un système de travail soutenable peut être défini par les critères suivants : « bio- compatible », c’est-à-dire adapté aux propriétés fonctionnelles de l’organisme humain et à leur évolution au fil de l’existence ; « ergo-compatible », donc propice à l’élaboration de stratégies de travail efficientes ; et « socio-compatible », donc favorable à l’épanouissement dans les sphères familiale et sociale, à la maîtrise d’un projet de vie. » De même, quand l’activité se retrouve « au carrefour d’exigences contradictoires » (Caroly & Weill- Fassina, 2004) l’imbrication des contraintes entre elles peut devenir insoutenable au niveau individuel et demande à la personne en activité de hiérarchiser les priorités entre les activités pour compenser les conflits de buts qu’elle ne peut résoudre. Pour mettre en débat “Travail durable” et “Travail soutenable” nous mobilisons une approche systémique du travail en matière de santé et de performance. Dans le cadre d’une “analyse de l’activité plus large” (Bellemare et al., 2001; Bellemare, 2015) intégrant l’individu dans des structures politiques et sociales, nous considérons les personnes en activité (Vézina, 2001) dans leurs diverses dimensions (leur organisation, leurs critères de qualité ou de performance, leurs modalités de réalisation de soi et de son travail, leur inscription dans la société et les territoires, etc.). Nous nous intéressons aux déterminants des situations de travail liés à la transition écologique, ceux qui vont impacter l’investissement ou le désinvestissement des personnes en activité, et rendre le travail soutenable ou insoutenable dans l’entreprise. En ce sens, documenter les stratégies individuelles et collectives déployées par les personnes en activité dans un contexte d’injonction au développement durable vient s’inscrire dans la bataille du travail réel (Duraffourg & Vuillon, 2004). Rares sont les études qui intègrent une perspective de genre afin de comprendre les impacts des politiques de transition écologique sur l’activité et la santé des personnes au travail. Les communications au sein de ce symposium visent à présenter une approche genrée de la question du travail durable et soutenable, soit dans un milieu masculin, soit dans un milieu féminin, soit dans un milieu mixte. Entre autres, il sera question des stratégies différenciées face aux contraintes de travail vécues, entraînant des formes de charge physique et mentale différenciées (Messing, 2022), aux régulations déployées par chacun.e pour tenter de concilier santé et durabilité (Caroly et al. 2022). L’ensemble du symposium invite à une réflexion autour de l’intervention ergonomique respectueuse de l’équité professionnelle et sociale des personnes en activité qu’elle souhaite accompagner. Le symposium que nous proposons entend débattre de ces questions et de la posture de l’ergonome pour intervenir en prévention et accompagner le développement de l’activité dans un contexte de transition écologique. 1. Prise en compte du genre dans des projets de transition écologique, volet adaptation, dans les collectivités territoriales et le travail social. 2. Stratégies déployées par les femmes cheffes pour se maintenir en activité. 3. Des pratiques viriles d’exposition aux pesticides à l’ascenseur social. Les stratégies de genre différenciées dans l’agriculture de Karatu au regard de l’anthropologie et de l’ergonomie. 4. Gestes et récits de professionnelles du bâtiment écologique. Implication de l’ergonome au sein du projet de podcast Constructions Pluri[elles]. 5. Stratégies des trieuses de bouchons de liège naturel face à l'évolution de défauts tributaires des changements climatiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
Symposium SELF 2023 (1).pdf (11.67 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
licence : CC BY NC ND - Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Dates and versions

hal-04302834 , version 1 (23-11-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : hal-04302834 , version 1

Cite

Fabienne Goutille, Laurence Thery, Déborah Gaudin, Florence Chappert, Elsa Laneyrie, et al.. Travail durable et travail soutenable : comment les stratégies individuelles et collectives de genre instruisent l’activité et son analyse ?. 57ème Congrès de la SELF : Développer l’écologie du travail : Ressources indispensables aux nouvelles formes de souverainetés, Oct 2023, Saint Denis la Réunion, France. ⟨hal-04302834⟩
120 View
24 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More